Cimetière de Sapînta (à l'extrême Nord de la Roumanie)

        Durant une quarantaine d'années, Ioan Stan Patras (1909-1977) a conçu, sculpté dans le chène et peint les stèles des tombes du cimetière de son village, Sapînta, exprimant dans cet art naïf les carartéristiques des défunts, leurs métiers ou activités principales mais aussi leurs qualités ou leurs défauts. On y rencontre les bergers, les agriculteurs, les activités domestiques des hommes et des femmes, le soldat mort à la guerre, ceux qui avaient goût pour la musique, pour l'alcool, la femme qui aimait plusieurs hommes, le mari infidèle, la petite fille écrasée par un camion, le voleur de chevaux,...L'épitaphe qu' a joint l'artiste à chaque personne , courte et parfois humoristique, signale les grands moments de la vie, les espoirs ou les desillusions.

        Ainsi, dans ces couleurs vives où domine le bleu profond, le cimetière unique et fleuri de Sapînta expose les multiples activités de cette communauté humaine de l'extrème nord de la Roumanie et exhalte la vie plutôt que la mort. L'oeuvre de Stan Patras est aujourd'hui poursuivie par Dimitru Pop, un de ses élèves.





Il était musicien

Il était architecte  

Le voleur de chevaux

Elle filait



Elle tissait

Joan Stan Patras au centre, le créateur de ces stèles (1909-1977)


La petite fille écrasée par un camion

Elle avait de jeunes enfants

Il était boucher

Le laboureur

Il aimait bien la bouteille
Retour : Tradition





Accueil / Menu