Symbolisme des NOMBRES
et des FORMES géométriques

 


Nombres

Le nombre sert à compter, à mesurer des grandeurs. Mais il n'est pas que celà. Pour Pythagore les nombres exprimaient d'abord des qualités, la mesure de quantités, l'arithmétique des gens d'affaire, étant l'usage le plus bas, le plus vulgaire que l'on pouvait en faire. Car le contenu ésotérique du nombre traduit les lois du cosmos et se décline dans les processus de création. Alors commençons par quelques mots sur ce personnage et sa pensée en rappelant ce que son disciple Platon avait écrit au fronton de son école:

"Que nul n'entre ici s'il n'est géomètre."


Pythagore connu des écoliers par son triangle vivait au VI ème siècle BC. Il a étudié en Egypte durant plus de 20 ans avant de voyager et compléter ses connaissances, puis a fondé son école à Crotone en Sicile. On y parlait métaphysique, mathématiques, géométrie, cosmologie mais aussi organisation sociale et politique. Son rayonnement fut tel que les penseurs les plus importants de l'époque vinrent y passer quelques années et que le nombre des adeptes augmentant, les pythagoriciens prirent le pouvoir politique. Tout ne dut pas se passer pour le mieux car vers 500 BC, une révolte des paysans locaux conduisit à un massacre général. On ne sait si Pythagore qui mourut vers cette époque en fut victime. Les rares rescapés, en fuite ou en voyage, se dispersèrent et fondèrent leur propre école. C'est dans l'une d'elle que bien des années plus tard Platon fut initié.
Les pythagoriciens constituaient ce qu'aujourd'hui on appellerait une secte. Il y avait les maîtres qui vivaient assez retirés du monde, avec leurs études, leurs règles, leurs secrets et leurs signes de reconnaissance, et les adeptes qui participaient à la vie de la cité. Un de ces derniers est bien connu: Milon de Crotone, le propre gendre de Pythagore, plusieurs fois vainqueur aux Jeux Olympiques.
Pour Pythagore, tout est dans le nombre et les lois et l'harmonie de l'univers doivent être recherchées dans les nombre (entiers) et les rapports entre ces nombres. Bien qu'aucun de ses écrits ne nous soit parvenu, l'enseignement de Pythagore propagée et approfondi par ses successeurs a influencé la science et la pensée grecques puis occidentales jusqu'à nos jours( Kepler, Newton,...).

Formes

Les processus de création engendrent deux choses: une forme et de la matière, autrement dit un contenant et un contenu. La pensée matérialiste ne s'intéresse qu'au contenu et ignore la forme.
Une forme engendre un champ morphogénétique qui la met en relation subtile avec toutes les formes semblables et l'apparition ou la construction d'une forme multiplie les chances d'une nouvelle apparition ou duplication (la sphère n'est-elle pas la forme la plus répandue dans l'univers?). Les formes en soi ne sont pas neutres, elles s'inscrivent dans le courant cosmique. Alors que la forme des poissons n'est pas dues au hasard et que celle des bateaux et avions est soigneusement étudiée pour les rendre plus performants, ce rapport de forme au cosmos est totalement occulté.

Architecture

L'architecture est bien un art de la forme, elle vise à projeter et construire des formes dans l'espace. Mais à l'inverse d'autres arts ou artisanats de création de formes comme la sculpture, l'architecture, produisant un effet (visuel par exemple) sur l'extérieur, est surtout faite pour être habitée ou utilisée de l'intérieur. Elle doit donc répondre à des fonctions et besoins humains. Dans la pratique courante, quand l'architecture n'est pas que le bel art de façade satisfaisant à l'égo du concepteur, les fonctions matérielles des utilisateurs ou occupants sont prises en compte ...et les fonctions spirituelles totalement ignorées.

Architecture sacrée

A l'inverse l'architecture sacrée, mais aussi la simple maison de l'homme de la plupart des peuples (dits primitifs), visait à des fonctions spirituelles, à relier le ciel à la terre et l'homme au cosmos. Le choix du site, l'orientation, les éléments naturels et climatiques, la forme et les proportions, tout était considéré, évalué, ajusté pour répondre au mieux à cette recherche, avec pour support la géométrie et son contenu symbolique, parfois complexe pour les édifices importants comme les cathédrales.

Zomes

Issu de corps géométriques, le Zome est porteur de la symbolique que l'on peut reconnaitre dans le nombre et la forme. Les trois degrés de liberté qui gouvernent les rhombizonaèdres polaires et qui peuvent s'exprimer par des nombres (d'ordre, de forme, de taille) permettent même de l'ajuster finement sur des fréquences fondamentales de l'univers. En retour, il est capable de résonner dans ces vibrations cosmiques, de générer ou de filtrer des courants énergétiques, de dynamiser l'espace et d'harmoniser l'homme et son environnement.
page suivante