Dans les soulanes des Pyrénées

Parce qu'elles étaient propice à l'agriculture et donc à la vie, les soulanes, ou versants ensoleillés des montagnes, ont toujours été fortement peuplées dans nos pays de climat tempéré -mais refroidi par l'altitude-


Avec ses massifs en avant de la chaîne principale, de nombreuses zones des pyrénées possèdent des étendues bien exposées que l'homme a occuppées depuis l'antiquité. en praticant agriculture et élevage.


Ici ces populations ont bati des villages denses prolongés en altitude par une profusion de bâtiments nécessaires à la pratique de leur économie agro-pastorale: occuper le territoire avec les troupeaux pàturant les prairies d'altitude, les abriter dans des granges étables et parfois loger le berger quand la distance au village était trop grande.

Une grange en soulane, face aux montagnes qui marquent au Sud la frontière avec l'Espagne
Après le fort exode rural du XXe siècle, cette abondance de bâtiments délaissés, le climat agréable de ces pentes Sud et la nature généreuse ont favorisé l'installation de nouveaux habitants .


S'ils ont pu acheter une maison, une grange, une ruine, la restaurer, l'agrandir ou la remonter, dans bien d'autres situations ils ont du construire leur nid avec leur détermination et enthousiasme, et les matériaux de proximité. Maisons et abris divers que l'on peut rencontrer dans ces versants.


Avec un mode de vie différent, une agriculture et un élevage plus limités , quelques animaux et des jardins - bio évidemment-, ces néo-ruraux, nombreux dans ceraines régions, participent activement à la vie de la montagne et assurent la continuité de son peuplement.
****L'habitat construit par les néo-ruraux dans les pentes de trois de quelques soulanes principales****

Cabane en Biros
Soulane à l'Ouest
L'habitat construit par les néo-ruraux dans les pentes de trois des soulanes principales

Maison en bellongue
Soulane centrale

Toit de cabane
Soulane à l'Est
 Fermer  

 ARCHILIBRE: Accueil /Menu

Par crainte de la visite de curieux non désirés, les habitants de ces vallées n'ont pas souhaité que ces lieux soient localisés plus précisément