Cabanons groupés

Habiter devient un luxe, bientôt réservé à une élite. Envisageons dès lors l'idée d'une alternative selon l'approche « simplicité-volontaire », celle d'habiter des cabanons poétiques, réduits à l'essentiel. Ajoutons la notion de poésie, afin d'éviter la dérive excluant toute notion esthétique.
Depuis quelques années déjà, germe en moi une idée pas si utopique que ça , puisqu'elle existe déjà, en l'occurrence au « Quartier de la Baraque » à Louvain la Neuve en Belgique*. Elle y est d'ailleurs apparue spontanément sous l'initiative d'étudiants estimant que les prix des logements d'étudiant étaient trop élevés.
De quoi s'agit-il ? Imaginons les communes mettant des terrains communaux à disposition comme cela se passe à Louvain la Neuve, via des baux emphytéotiques ou toute autre forme de location. Cela permettrait la construction de petits ensembles de cabanons regroupés en quartiers paysagés et contourner ainsi anticipativement la floraison de bidonvilles.
Il et bien entendu que cette idée nécessite un encadrement comprenant divers coordinateurs, comme un urbaniste, un architecte, un assistant social et j'en passe. Cela suppose également par la suite des comités de quartiers, un minimum d'organisation interne, un règlement d'ordre intérieur.
Il s'agirait en d'autre mots de créer des habitats groupés ou écovillages, avec des sanitaires et infrastructure communes. Pour certains peut-être un manière nouvelle d'envisager la vie, faite d'échanges et d'entraide. Cela suppose tolérance et respect et ne se conçoit probablement pas sans un retour aux valeurs essentielles. C'est une manière de voir ses voisins comme des tremplins et non des obstacles. Cela permet d'entreprendre à plusieurs ce qu'on aurait pas imaginé entreprendre seul.
Bref, une idée que je vous invite à creuser.
Mais peut-être faudra il attendre une onde de saturation ou un événement de choc pour que ces initiatives se développent.


Christian La Grange
Vévi Wéron 15 5100 Wépion Belgique

 Fermer

 ARCHILIBRE: Page d'accueil / Menu