Une construction fantastique en Catalogne
  Sa passion dure depuis toujours: bricoler, inventer, construire, avec des branches, des matériaux récupérés, de tout.  Josep Pujiula i Vila, "l'home de les cabanes", a créé ici en Catalogne le plus fantastique des châteaux né de son imagination et de son travail, avec les matériaux humbles de son environnement: de simples perches et branches liées entre elles par des clous ou du fil de fer.
Un ensemble colossal et aérien qui enveloppe les arbres et les submerge, une composition improvisée de chemins, de ponts, de cabanes et de tours qui culminent à quelques 25 mètres de hauteur.
Et tout celà pourquoi? Un peu pour lui, comme jeu et comme sport, et beaucoup pour le plaisir et l'enchantement de tous ceux qui viennent lui rendre visite. Ce que j'ai fait et pris ces photos avec mes enfants en 2005 .





Pendant que les visiteurs visitent, le constructeur poursuit son travail


Ceci n'est pas seulement une sculpture grandiose que l'on admire de l'extérieur mais un labyrinthe enchanteur dans lequel on pénètre, on se perd dans la transparence des branchages, on grimpe, on tourne, on découvre, on aboutit à des cabanes reposoirs, un bain de jouvence pour les petits et les grands. Une balade hors du temps. Et c'est gratuit. Seule une boite discrète avec une fente vous permet de laisser quelque argent. E l'on donne volontier pour cet anti-château de la belle au bois dormant, ces heures d'exploration dans un rêve. Construction improvisée, spontannée? Pas tout à fait.  L'accès aux plus hautes tours, les plus belles vues sur cette construction et sur le paysage lointain, est l'aboutissement du chemin le plus long et le plus complexe, avec des tunnels aérés qui vont jusqu'au fond du ravin, qui gravissent graduellement les étages. L'on avance et l'on repart vers l'arrière. L'on monte et l'on descend en  cherchant le passage.
Aux dires de Josep, seule une personne sur dix parvient à ces cîmes ; et d'autres trop intimidés n'osent même pas entrer.


Parce qu'il aimait bien, dans sa jeunesse, se baigner dans le ruisseau de "Can Sis Rals", Josep a progressivement aménagé ce lieu boisé qui ne lui appartient pas.
Durant plus de 20 ans il y a construit diverse cabanes et installations démonté, remonté, et finalement tout brûlé.
Mais pas tout à fait, conservant une unique cabane plus volumineuse et plus haute que l'arbre qui la porte, et à partir de laquelle il a créé ce labyrinthe en reprenant la scie, le marteau et les tenailles.
Peut-on arréter une rivière en train de couler?


  Or le gouvernement de Catalogne a un jour décidé d'élargir la route passant à proximité et détruisant le labyrinthe. Une mobilisation internationale a tenté de faire annuler cette décision, en vain. Et  Josep s'est résolu à démonter son oeuvre.
   Je n'étais pas retourné dans la région et dans mon esprit, cette fantastique construction n'existait plus.
   J'avais tout de même un doute: comment quelques semaines de démontage avaient-elles pu effacer 20 ans de travail?
  D'un autre côté, certaines informations pouvaient laisser penser que Josep avait continué des constructions?


  L'été 2012 je suis allé voir ce qu'il en était.
Voilà donc Argelaguer revisité

          

   La route est bien là, une route à 4 voies. En regardant bien, à la sortie du village de Argelaguer, on peut apercevoir 2 tours de branchages.Mais impossible de s'arrêter, de garer son véhicule et de traverser la route, comme on le faisait avant.
Il faut revenir en arrière et, au village, se diriger vers une maison un peu isolée. Et de là prendre une piste sur une centaine de mètres. Elle conduit au bâtiment. 



Des chaises nous accueillent
 devant un reste du labyrinthe
de branchages. Cool.

Au fond du ravin, je découvre une entrée masquée par la végétation qui en quelques années s'est bien installée.
Et après quelques dizaine de mètres à l'intérieur, je découvre des cabanes gravissant la colline.
Poupons et nounours les habitent


  
     Dans le coeur du labyrinthe,  des constructions invisibles de l'extérieur, des constructions différentes se dévoilent. Constructions de pierres et ciment et non plus exclusivement de bois comme avant.

 Elles sont donc postérieures à l'aménagement routier. Les nouvelles oeuvres de Josep.






  Puis j'ai entendu, venant de l'intérieur,  une cloche sonner et des voix d'enfants que je ne voyais pas, tellement le labyrinthe est étendu.

   Rebroussant chemin et retournant à ma voiture, d'autres véhicules étaient garés auprès d'elle. D'autres visiteurs exploraient le labyrinthe, et cela m'a fait plaisir. 

   Une échelle a été construite contre la structure de branches, elle permet l'accès à une cabane. De là peut commencer la visite du labyrinthe, c'est maintenant l'entrée principale.   




Peut-être qu'il y a 20 ans; Josep était pris pour un farfelu?
Mais il y a quelques années, les jeunes de Argelaguer l'on
reconnu comme un personnage important
et ont tenu à  lui rendre hommage.

Grace à lui, ce modeste village est sorti de l'anonymat.
J'ai un regret: ne pas avoir à nouveau rencontré le constructeur. Je ne savais pas, en 2012, où Josep habitait exactement, ni s'il était toujours en vie. J'ai bien souvent une pensée pour lui.


Retour: Inspiration


Retour: Accueil / Menu